> Mémoire > Carnets > Feuilletons > Croquis > Cauchemars > Biographie > Index
3 249 visites en août 2017 (statistiques free)

De Guillaume D. et de D.
« Dommage que Michel n'a pas continué ( si, si, voir Feuilleton 2 ) parce qu'au fond, le vrai personnage central, c'est lui ». D. voulait en savoir plus sur les autres amis, les cousins, les parents. Il voulait continuer de « te voir grandir » et a ajouté « Par exemple moi je n'ai aucun héros gay ni de modèle homo donc c'est dur de connaître ma sexualité. Des textes simples comme ça peuvent m'aider, ça démystifie le sexe ».

De Jean Louis Gaillemin ( site personnel )
Très amusant le récit du début ( voir Feuilleton 1 ) qui se traduit par un itinéraire érotique autour de l'objet du désir, je vais me ruer sur la suite ...., mon enfance était aussi coquine, jeux sous le préau et organisation d'une (... ) Amitiés. J.L.G.

Le Fantôme de l'infirmière projeté le lundi19 septembre 2016 à la Cinémathèque

à 21h15 salle Franju. > Présentation

Festival d'Annecy 2016
Projection du Fantôme de l'infirmière > ici

De Philippe Lejeune (Site Autopacte)
Cher Michel, avant de t'écrire je viens de me replonger dans ton site et la présentation auto-anthologique de tes carnets - un délice...

De Denis Dailleux (site agence VU )
j'ai lu et adoré ton livre (Le Divan illustré) comme je me lasse jamais de t'écouter parler de ton enfance qui est très loin de mon milieu d'origine et qui me place toujours au milieu d'un bon film de Chabrol.
Je suis au Caire et il y fait encore très chaud.
Je t'embrasse,
Denis

De Dominique Verfaillie
... J'espère que vous êtes satisfait de l'accueil qui a été réservé à votre livre, "Le divan illustré" ?
Dans tous les cas il compte pour moi comme l'un de mes préférés de 2015 !
Bien à vous,
D. V.

De Jean Louis Gaillemin ( site personnel )
Très drôle, cher Michel, voici notre petite amie immortalisée ! bravo pour tes dessins toujours aussi acérés, j'étais content de te revoir et d'évoquer nos années Saint Germain. Cette arrière salle que je ne connaissais pas m'a rappelé l'ambiance du Bonaparte quand il n'était qu'un café banal avec banquettes en moleskine rouge griffée et rayée, ça n'avait pas bougé depuis "Les tricheurs".

Après la rencontre aux Mots à la bouche autour de Retour à Duvert de Gilles Sebhan

Cher Monsieur Longuet,
Je voulais vous remercier d'avoir été là et d'avoir répondu très ouvertement à mes questions sur Tony. C'était un véritable honneur de vous rencontrer, non seulement pour le dessinateur de talent que vous êtes, mais également en tant qu'une des très rares personne à avoir très bien connu Tony. J'ai découvert ses livres peu d'années avant sa mort alors que j'avais une vingtaine d'années. Du fait de sa diffusion limitée, surtout dans les années 2000, je n'en ai entendu parler que bien après Gide, Peyrefitte, Montherlant etc. mais ses écrits ont été ceux qui m'ont le plus marqué, assurément. Il y a une telle force, une telle justesse, une telle vérité, une telle évidence !
A l'annonce de sa mort, j'avais déjà à peu près tout lu de son oeuvre publiée, et je me souviens avoir été empli d'une immense tristesse car j'avais l'espoir un peu fou de le rencontrer peut-être un jour (je n'avais bien sûr aucune connaissance de sa vie en retrait complet ni de son caractère particulier). Lui parti, j'avais l'impression que c'était le dernier défenseur de la liberté des enfants qui partait. La société, dans ce qu'elle a de plus démagogique et vil, avait gagné. Le combat était définitivement mort et enterré. Il reste bien Schérer et Matzneff aujourd'hui mais plus pour très longtemps et personne, absolument personne, ne pourrait reprendre le flambeau aujourd'hui sous peine d'opprobre total.
Cependant, on retrouve les livres de Tony dans les rayons. Dans les années 2000 on en trouvait aux Mots à la Bouche (j'en ai acheté plusieurs là-bas) mais certains étaient épuisés et pas réimprimés, et il fallait les dénicher ailleurs. L'histoire est cyclique, alors l'espoir est permis. Quoi qu'il en soit, je me réjouis de voir qu'on en parle, même si c'est dans un cercle très restreint.
Vous avoir rencontré hier soir m'a donné la douce illusion de toucher un peu Tony du doigt, de le voir encore vivant. Alors merci de faire partie de ceux qui l'ont défendu, qui participent à sa mémoire et qui le font revivre. C.

De Jean Louis Gaillemin ( site personnel )
Je tombe sur toi par l'intermédiaire d'une photo mise en page par le blog "Les Diagonales du Temps" à l'occasion d'un article sur le dernier livre sur Tony Duvert (Retour à Duvert de Gilles Sebhan) puis je découvre ton site joliment labyrinthique et tes dessins que je connaissais mal.
Je vois que nous avons parfois les mêmes promenades, les mêmes arrêts devant des façades abandonnés comme l'hôtel de la rue Oberkampf dont chaque étage n'était pourvu que d'une seule fenêtre. Ta découverte enfant d'émois imperceptibles devant le malabar qui fouette Haddock ( Voir Page 53 ) m'a rappelé une excitation étrange à la découverte du simple titre "Supplices" de Cicéron chez mes grands parents où j'étais pensionnaire, j'avais dix ans,.... la lecture elle même m'avait bien déçu. J'adore le ton de ton écriture, désinvolte et ironique.

De Enrique Flores
Présentation du Divan illustré à la date du 16 juin sur son blog

De Arnaud Fauchere
V...Victorienne Déesse ?
Jolis croquis.

De Philippe Lejeune (Site Autopacte)
Cher Michel, j'ai reçu hier et dévoré tes Fantômes ! Excellente idée que d'avoir extrait de tes carnets cette "série" qu'on lit en se délectant, titubant entre le charme du dessin et l'humour du texte. On aimerait pouvoir jouir des deux à la fois, alors qu'on est obligé d'aller de l'un à l'autre, mais très vite on s'habitue, on finit par fondre les deux expériences en glissant de l'une à l'autre... Je nous revois, toi et moi, dans la grande salle de la Cité universitaire, quand tu m'as montré pour la première fois tes carnets... J'imagine, par ce que j'ai entr'aperçu, qu'il y a sans doute d'autres "séries" possibles ? J'espère que ton livre va avoir du succès, qu'il ne sera donc que le premier et que d'autres suivront. En tout cas La Faute à Rousseau va en rendre compte ( ici ), puisque c'est un journal on ne peut plus autobiographique ! Et j'imagine que d'ici quelques décennies, comme tu auras fait école, on sonnera à la porte de ton immeuble pour aller voir et dessiner où habitait Michel Longuet...
Avec toute mon amitié et mon admiration !
Philippe

De Marielle Durand (blog)
J'étais vraiment ravie de cette balade entre Arcueil et Gentilly (Promenades urbaines), pluvieuse mais heureuse ! Je n'ai pas encore eu le temps de scanner mes dessins et de les poster sur mon blog mais je le ferai prochainement. Je suis en revanche allée voir votre travail Michel et j'aime vraiment beaucoup ! Très agréable de découvrir du neuf. J'irai bientôt en quête de vos Adresses fantômes ;-)
De mon côté j'ai une publication qui vient de sortir dans la revue Bouts du monde au sujet de mon voyage au Vietnam : Sans un mot, si cela vous intéresse.
Très bon été !
Marielle.

Hétérographe
Parution dans le dernier numéro 9 de la revue Hétérographe, d'une lettre que Tony Duvert m'avait envoyée de Marrakech (1974) quand il écrivait Journal d'un innocent (Minuit)

De L'éditeur singulier
c'est gentil, ça, d'avoir pensé à moi ! Je suis très touché, vraiment. Et puis, c'est la première fois que l'éditeur singulier reçoit un livre en service de presse... Un beau titre (Adresses fantômes) - et un livre qu'il ne m'aurait pas déplu d'éditer...
ps : je parlerai du livre à sa parution...
Jean-Christophe Napias

De Christophe Honoré
Au hasard du net, je suis retombé sur votre blog. Je me souviens que vous m'aviez contacté, suite à votre repérage sur les lieux de tournage des Chansons d'Amour. Mais peut-être n'était-ce pas directement vous, je ne me souviens plus, j'en suis désolé. Il me semble pourtant que c'était une lettre...En revanche, je sais que vos planches m'avaient déjà séduit. Et je me suis aperçu que ce trait était celui d'une illustration d'un livre de Tony Duvert, à partir duquel je rêve souvent de faire un film. Alors voilà, juste ces quelques mots pour vous dire que je suis d'autant plus touché que vous soyez un lien entre mon travail et cet écrivain.

Excellent votre sujet, peu de mots et on comprend tout, le final avec Fx c'est vraiment une bonne idée, on commence par des types qui sont présents surtout par les motifs de leurs vestes, pulls ou chemises et on termine à poil, nature. J'aime beaucoup. J'adore le dessin de la mouche, ça ferait une couverture tout à fait frappante..., m'écrit Gilles Sebhan.

Cher dessinateur, je regarde votre site mis en référence sur le mien, modeste égrenant quelques coups de coeur, je vois que vous êtes toujours là, aujourd'hui avec Michaux, (je vous avais découvert à cause de Follain et vous apparaissez avec lui dans poètes sur le web) j'aime vraiment beaucoup votre univers et aussi vos choix, je suis loin d'avoir tout lu, j'espère que vous publiez. Vos dessins et votre humour sont si vivants, si rafraichissants, merci beaucoup.
a ambach.

Présentation de la revue
Minuit sur le site L'éditeur singulier.

Lignes de fuite :
En travaillant ce dimanche soir sur un projet professionnel (je sais, je ne devrais pas), je m’amuse de cette page des très riches «Carnets illustrés» que M.L. met en ligne depuis 8 ans: elle est consacrée à un colloque sur le Journal intime jadis organisé à la BnF et on y «reconnaît»...

Le numéro 2 de la revue D'ici là mis en ligne sur Publie.net par Pierre Ménard a publié
Au fond du terrain vague et René Tazet.

Rencontre au Select avec Enrique Flores, dessinateur à El Pais, autour d'un café et chocolat. Enrique m'offre un livre (India) de ses carnets de voyage avec cette dédicace À Michel, mon copain carnettiste. Enrique habite Madrid.

Reçu un mail de son amie Simonetta Capecchi (da Napoli) qui présente mon site sur son blog, largement consacré aux carnets de voyage ( In viaggio col taccuino). Elle m'a invité à dessiner à Napoli récemment (Michel Longuet a Napoli). Simonetta est spécialisée en dessin architectural et pratique l'aquarelle en carnettiste.

I really enjoyed your post on Quasimodo, Michel. And the painting of your father is beautiful!!! Amitiés. Enrique Flores.

Albert Foolmoon
fut un des premiers dessinateurs à m'écrire. ML. fait une enquête dessinée sur le logement parisien de Georges Méliès, après le peintre Albert Marquet c'est au tour de ce grand réalisateur. ML. a une verve ou une chance incroyable, il parvient toujours à pénétrer dans toutes ces habitations car il dessine tout sur place. Ses enquêtes nous font voyager dans ses univers teintés d'histoire. Souvent il a l'oeil pour déceler les petits détails nostalgiques, les anecdotes sur la vie de ces personnages, les rencontres sont d'ailleurs souvent propices à une narration en parallèle.

Sergio Aquindo (rencontré lorsqu'il dessinait pour R de réel) m'a envoyé un mail.
Enfin un blog avec un sens! Publie régulièrement dans Le Monde et Le Tigre. A récemment publié un livre sur lequel il a travaillé 4 ans : La Mère Machine.

201169, c'est le nom du blog autobiographique et dessiné dont l'auteur (Pascal Poulain) note sur une page de ses carnets qu'il vient de découvrir mon site (page du carnet).

Juste ce petit mail pour vous encourager à publier vos somptueux croquis, monuments, personnages, anecdotes... m'écrit Francis Verdelet (son site joue des échelles avec humour).

Bonjour, le dessin dérangeant (Incubes & succubes), cette sorte d'insomnie prolongée, est bien rendue sans mièvrerie, avec ce style qui vous est "propre". C'est étrange, mais j'y trouve une certaine résonance à ma lecture des Bienveillantes, peut-être à cause du crâne au monocle. Bien à vous, FV


Remerciements à Simon Bensa qui m'a aidé pour la mise en ligne de ce site en
2000


L'Enfance endormie




Notre petite amie




Enrique





V.




Michaux




En repérage
(
Chansons d'amour
de Christophe Honoré
)





Marquet




Incubes & succubes





Gilles Sebhan




on y reconnaît...




Quasimodo