Lundi 8 marsr 2004




> Mémoire > Carnets > Feuilletons > Croquis > Cauchemars > Biographie > Index
NOTE DE LECTURE
Pour + de confort, vous pouvez agrandir les textes ou ne pas les lire.
Avait-on le droit de faire revivre Jean Valjean ou Cosette ? Ma réponse est non. C’est un crime culturel... bla bla bla ... Vous avez fait une captation de notoriété... bla bla bla... On ne retrouve plus cette base de notre culture scolaire... bla bla bla... On va vers une situation extrêmement dangereuse... bla bla bla ... Les Misérables ont été édités 30 ans avant la mort de Victor Hugo. S’il avait voulu une suite, il l’aurait faite... bla bla bla... Je terminerai en disant que Pierre Hugo a un sacré courage de se battre... bla bla bla ... De toute façon, le mal a été fait sur la place publique. François Cérésa a ressuscité Jabert alors que Victor Hugo a écrit de la mort de Jabert : si cette fin n’émeut pas, j’arrête d’écrire... bla bla bla... La réponse de Plon à Pierre Hugo a été : Hugo appartient au domaine public et basta... bla bla bla... Cette pièce est émouvante (un testament inédit de Victor Hugo) ... retrouvée dans les îles anglo-normandes... bla bla bla ... ces recherches auront au moins servi la recherche hugolienne... bla bla bla ... Un coup d’édition sous la houlette de Plon qui appartient à Vivendi Universal... Une opération de marketing... bla bla bla... Les personnages de Victor Hugo ont un destin moral... bla bla bla ... Ce testament inédit ... jusqu’à ce que mes petits enfants soient aptes... mes héritiers prennent le relais... bla bla bla... Pierre Hugo est bien titulaire du droit moral... bla bla bla... Quant à la presse... dans Le Monde, Max Gallo dit avoir refusé d’écrire la suite des Misérables pour Plon... Nul ne peut se mettre à la place de Hugo... bla bla bla ... Pierre Hugo a raison de vouloir voir appliquées les dispositions de son aïeul... Je veux bien vous donner la parole mais la Cour sait lire... Vous devez regarder où est la loi et non sanctionner Vivendi Universal... bla bla bla... Monsieur Pierre Hugo a besoin qu’on entende parler de lui... bla bla bla... Parfums Hugo, plumes Hugo... bla bla bla ... Qu’est-ce que le domaine public ?... bla bla bla ... J’ai trouvé les testaments de Victor Hugo sur Google... bla bla bla... mon confrère ne parle pas du tout du deuxième testament qui contredit le premier... bla bla bla... Monsieur Pierre Hugo n’est pas le seul héritier de Victor Hugo et dans l’affaire Montherlant, article L 121.3... bla bla bla... et là je perds le fil. Je serai bref annonce Maître Lombard (sourires)... bla bla bla... attirer l’attention du tribunal sur certains points... Pierre Hugo n’a pas donné de preuves comme quoi il est dépositaire du droit moral de Victor Hugo... bla bla bla...Une lettre de Victor Hugo ... Je remets à Paul Meurice (ndlr : il ne s’agit pas de l’acteur) tous mes droits...bla bla bla... il y a un doute sur le droit moral de Pierre Hugo... et ... doit être irrecevable... bla bla bla... les contradictions de mes contradicteurs... Si cette fin n’émeut pas, je renonce à écrire. Quelle fin ? On ne sait pas... bla bla bla... Si on lit Choses vues...Quand je serai mort... je donne mes oeuvres à la France... bla bla bla ... Droits d’auteur sur le personnage ? Oui. Mais si le personnage devient mythique, à ce moment-là, il n’y a plus de droit sur ce personnage (Faust, Madame Bovary etc) ... Jabert, Cosette et Jean Valjean sont dans le domaine public... Atteinte à l’esprit de l’oeuvre ? Non... En première instance, j’ai été méchant : j’ai dit «Hugo le petit»... bla bla bla ... aujourd’hui, je suis envahi par le remord... c’est «Hugo le tenant»... Septième réflexion... J’ai dit qu’il y avait eu une suite à Madame Bovary. C’est faux. Il y en a eu une dizaine... bla bla bla ... Jacques de Lacretelle... Raymond Jean... Woody Allen... bla bla bla ... Il est classique que les héros tombés dans le domaine public soient réutilisés... bla bla bla ... Sherlock Holmes... nombreuses suites ou reprises du personnage... bla bla bla... Nous sommes dans le cas de la liberté d’expression. La volonté de Victor Hugo est respectée.
Sur la base de l’article 331... bla bla bla... (on entend très mal).
Je suis retourné la semaine suivante dans la Quatrième Chambre. Vide, cette fois. Pendant que je la dessinai, on parlait généalogie dans la salle du fond. Là, c’est la tante de Hugo qui a adopté truc et comme truc a bien accepté l’héritage donc ... Délibéré le 31 mars 2004.

© Michel Longuet