17 mai 2016




> Mémoire > Carnets > Feuilletons > Croquis > Cauchemars > Biographie > Index
©michel longuet
Presse Festival Annecy 1977
LE MONDE
... C'est certainement pour avoir pris conscience de cette crise que l'Association des journées internationales du cinéma d'animation a fait la part belle à la recherche très élaborée comme aux essais d'une émouvante maladresse, ainsi qu'aux films d'étudiants français et étrangers. Et pour des raisons similaires, en dépit des huées qui, à chaque projection, l'ont accueilli, au Fantôme de l'infirmière, de Michel Longuet, d'un savant rythme saccadé accordé à la musique. En peinture, le public a fini par admettre d'autres audaces. Et voulues ou pas, il existe d'étroites correspondances entre ledit fantôme et certaines oeuvres contemporaines, entre l'art immobile et l'art en mouvement... JEAN-MARIE DUNOYER.

FANTASMAGORIES.
La dernière fois que je suis allé à Annecy, c'était en 1977, j'ai beaucoup aimé un film, Le Fantôme de l'infirmière de Michel Longuet. Ce n'est pas mon genre d'humour mais je ne suis pas sectaire. Si j'avais été dans le jury, je lui aurais donné le premier prix. Je l'ai dit et je me suis fait agonir... JACQUES ROUXEL (Créateur des Shadoks)


Le Fantôme de l'infirmière en DVD n°106
dans Une Anthologie du cinéma d'animation en France des années 40 à nos jours.
www.chaletpointu.com/editions